mounir fatmi
   
   
monographies | monographs
I 01 I
I 02
I 03
I 04
I 05
I 06
I 07
I 08
I 09
I 10
I 11
I 12
I 13
I 14
I 15
I 16
I 17
I 18
I 19
I 20
I 21
I 22
I 23
I 24
I 25
I 26
I 27
I 28
I 29
I 30
I 31
I 32
I 33
I 34
I 35
I 36
I 37
I 38
I 39
I 40
I 41
I 42
I 43
I 44
I 45
I 46
I 47
I 48
I 49
I 50
I 51
I 52
 
1.
 
• exhibitions
• monographs
• bibliography
• collections
49. La Lumière Aveuglante | 49. The Blinding Light
 
  • The Blinding Light, 2021
    La Lumière Aveuglante, 2021

 

Pour commander le livre : www.amazon.fr

 

"La Jambe Noir de l’Ange ? mounir fatmi est parti pour ce travail, qui se poursuit et s’approfondit au fil du temps, d’un tableau de Fra Angelico intitulé La Guérison du Diacre Justinien (1438-1440 ; Musée San Marco, Florence).

Le sujet ? Un miracle posthume réalisé par Saint Côme et Saint Damien, deux frères jumeaux d'origine arabe, médecins « anargyres » (sans argent) convertis au christianisme, martyrisés et sanctifiés. Le diacre Justinien avait la jambe en perdition, alors les deux frères lui greffèrent, pendant son sommeil, la jambe d'un éthiopien qui venait d'être enseveli au Cimetière de Saint Pierre. C'est la jambe noire de l'Ange. Comme le dit Françoise Parfait, « La vidéo, forme hybride par excellence, cite toujours une autre image. » Fra Angelico nous donne à voir tout à la fois un miracle de la vie et l’un des miracles de sa peinture.

Avec La Lumière Aveuglante, mounir fatmi va plus loin encore. Pour lui, la survie du Diacre Justinien ne suffit pas à notre besoin de consolation face à la mort. L’Éthiopien lui aussi doit survivre. Ce sera la jambe blanche de l’ange, celle que personne n’avait à ce jour pensé à greffer à l’Éthiopien. Car mounir fatmi porte en lui la conviction profonde que la civilisation, non, les civilisations, les échanges entre elles, en toute connaissance de cause des unes et des autres, permettront seuls ce The Beautiful Language (du titre d’une autre des vidéos de l’artiste) dont nous sommes si loin encore - un langage aussi profondément singulier que possiblement partagé.

La lumière ici, dans cette double projection vidéo adaptée à l’espace minuscule de la galerie investi par mounir fatmi comme s’il était un sanctuaire, éclaire et aveugle, en positif et en négatif. Et l’image en négatif nous éblouit ici de manière si éclatante que nous ne pouvons que fermer les yeux sur notre pensée, car « Est sublime ce qui, par cela seul qu'on peut le penser, démontre une faculté de l'âme qui dépasse toute mesure des sens » (Kant, Critique de la Faculté de Juger). Le sublime associe la beauté et son ombre. Toujours, il déborde le beau. On pourrait dire de mounir fatmi, comme Gil Pressnitzer l’écrit à propos de Rilke, qu’ « il tutoyait les anges sachant que le beau n’est jamais que le commencement du terrible. »"

 

Barbara Polla, Mai 2013

 

 

 

To order the book : www.amazon.com